Habitation privée

« Banlieue sud de Milan, un studio avec terrasse au premier étage et un trois-pièces au rez-de-chaussée exposé plein nord, avec des ouvertures au sud assombries par des constructions illégales réalisées dans les années vingt. Le client décide de relier les deux unités en construisant un nouvel escalier intérieur. Le projet réorganise l'espace en intervenant sur les volumes et non pas sur le plan. Cette approche se heurtera bientôt à la nécessité d'un niveau d’arrêt intermédiaire dans le sens vertical. Une passerelle en fer sera ainsi réalisée à une hauteur de deux mètres vingt sur un total de cinq, qui deviendra, avec l'escalier, l'axe de symétrie, de rotation, de passage de tout l'appartement. Le plan et la section sont resserrés au centre, comme des papillons de pâte feuilletée, autour de ces deux regroupements centraux.

Les espaces, les volumes et les fonctions se mêlent délicatement en ouvrant des voies d'accès et de circulation à la lumière, à l'air, à la vue. Les quelques cloisons verticales sont bien évidemment vitrées, atténuées par de grands rideaux à tirer durant les heures d'intimité. Le client, un jeune entrepreneur en télécommunications, a découvert avec l'architecte qu'il possède non pas deux plans superposés, mais un volume à parcourir et à habiter dans toutes les directions. Et quand, vers 11 heures du matin, un rayon de soleil vient inonder de lumière le sol du rez-de-chaussée en passant par les escaliers et en filtrant à travers les tôles perforées, il est heureux. »

DVDV Studio Architetti

 

La nouvelle structure en fer, conçue comme une liaison verticale entre le rez-de-chaussée et le premier étage, crée également un raccord entre le séjour et la cuisine et sert de faux plafond dans la zone de passage située entre les deux pièces. Sept Trevi 1.0 (3000K, optique diffuse, 613 mm) intégrés dans la structure éclairent cette zone intermédiaire sous-jacente : des profilés linéaires d’extérieur et immersion ont été utilisés de manière non conventionnelle et choisis pour leur forme épurée et leurs embouts en acier inoxydable à la finition très soignée, qui s’adaptent parfaitement à la mezzanine en accentuant son style industriel.

Le même appareil d’éclairage Trevi, d'une longueur de 1 208 mm trouve une autre application inhabituelle dans le mur de la cuisine. Monté sur une surface diagonale, il suit idéalement la ligne de l'escalier au premier étage et des tirants de la structure en fer, devenant, tout comme une applique, un élément à la fois d'éclairage et de décoration, épuré et industriel.

Dans l'espace de passage, six spots encastrés Simply 1.0, à lumière diffuse et à la finition chrome perlé, jalonnent la base du mur brut. Dans la salle de bain, au niveau du miroir, on a opté pour une applique Ella IN blanche à lumière diffuse, qui se marie parfaitement avec les formes minimalistes et géométriques du mobilier, tandis que l’espace douche est défini par un éclairage RGB du spot encastré Beam 1.0 en finition acier inoxydable.

LocalitéMilan, Italie
ProjetDVDV Studio Architetti
Solution d'éclairageDVDV Studio Architetti